Les oiseaux des Alpes Maritimes

Les milieux menacés

 

Il y a deux manières de réduire la biodiversité : en éliminant tous les individus d'une espèce ou plus surement en détruisant son habitat.

 

Un exemple de destruction massive,

Massif des Maures, Juillet 2003 : 9000 hectares de forêt disparaissent en fumée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les zones humides

Les zones humides servent d'étape lors des migrations et de lieux nidification pour de nombreuses espèces. Ce sont des milieux très menacés à cause d'une pression humaine croissante (urbanisation, pollution, dérangements). L'aménagement des microcentrales hydroélectriques dans la basse vallée du Var dans les années 1990 a profondément modifié le paysage. Les gravières, qui ont pu abriter les nids de quelques sternes pierregarins, ont disparu et une ripisilve s'est développée. On assiste aujourd'hui au phénomène inverse.

 

Les milieux humides

Espèces associées

Les embouchures

  • Var
  • Argens
  • Roya
  • Nerva
  • Siagne
  • Loup
  • Cagne

Lacs

Ripisilves de l'Argens et du Loup

Lacs, rivières et torrents du Mercantour

  • Bergeronnette des ruisseaux
  • Blongios nain
  • Bouscarle de Cetti
  • Canard colvert
  • Chevalier guignette
  • Cincle plongeur
  • Cygne tuberculé
  • Foulque macroule
  • Gravelot à collier interrompu
  • Petit Gravelot
  • Grèbe castagneux
  • Guepier d'Europe
  • Héron cendré
  • Lusciniole à moustaches
  • Martin pêcheur
  • Milan noir
  • Nette rousse
  • Pic epeichette
  • Poule d'eau
  • Rollier d'Europe
  • Rousserolle effarvatte
  • Rousserrolle turdoide
  • Sterne pierregarin

 

La Sterne pierregarin à l'embouchure du Var

L'embouchure du Var abrite depuis mémoire d'homme une colonie de Sternes pierregarins. Entre 30 et 200 couples selon les années animent l'embouchure de leurs cris stridents et peuvent être observés parader, couver et élever leurs petits. La population française est estimée à moins de 5000 couples.

Certaines années, la reproduction peut être totalement anéantie par une crue du Var ou plus certainement par le dérangement. Ce fut le cas en 2004.

Les milieux rupestres

 

<<< Clue d'Aiglun

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les milieux rupestres

Espèces associées

Partout.

Depuis la côte (Tête de chien au dessus de Monaco, Chaine des Baous) jusqu'aux sommets du Mercantour et du Haut Verdon

 

  • Accenteur alpin
  • Aigle royal
  • Bruant fou
  • Chocard à bec jaune
  • Choucas des tours
  • Crave à bec rouge
  • Faucon crécerelle
  • Faucon pélerin
  • Grand duc
  • Grand corbeau
  • Gypaete barbu
  • Hirondelle de fenêtre rupestre
  • Hirondelle de rochers
  • Martinet alpin
  • Monticole de roche
  • Monticole bleu
  • Tichodrome échelette
  • Vautour fauve

 

L'habitat humain

L'homme a parfois un impact positif sur la biodiversité. Les vieux villages (ou vieux quartiers) peuvent abriter une avifaune originale : Martinet pâle, Monticole bleu,....

L'abandon de l'agriculture, laisse les planches en friches colonisées par les genêts, puis une végétation arborescente. Cette situation favorise l'expansion d'espèces forestières qui sont les mêmes que celles que l'on trouve plus au Nord. Les espèces des milieux ouverts, typiquement méditerranéennes, sont défavorisées.

 

 

 

 

 

 

 

Planches abandonnées à Levens (2006)

 

Le réchauffement climatique

Les oiseaux ont déjà intégré le réchauffement climatique. Toutes les études réalisées en Europe et en Amérique du Nord montrent qu'ils partent plus tôt de leurs quartiers d'hivernage, se reproduisent plus tôt et repartent aussi plus tôt vers leurs quartiers d'hivernage.

Le point culminant du Mercantour en France est le Gélas (3147 m). Il tire son nom des glaciers qui tapissaient ses versants au XIX° siècle. Le névé du couloir Est, qu'il fallait gravir pour accéder au sommet, a disparu depuis une dizaine d'années. Un névé résiduel s'accroche encore sur le versant italien de la crête Gélas-Clapier. Le dernier glacier actif du Mercantour est le Gélas de Lourousa dans le massif de l'Argentera.

La limite actuelle des neiges permanentes, facteur qui conditionne l'installation d'un glacier, se situe au-dessus de 3200m sur les adrets et 2900m sur les ubacs. Une des conséquence attendue du réchauffement climatique est de repousser ces limites, de faire disparaitre les dernières neiges, la Niverolle et le Lagopède alpin.

Le climat méditerranéen est caractérisé par une alternance d'étés chauds et secs et d'hivers doux et pluvieux. Il n'est pas difficile d'imaginer les conséquences d'hivers plus secs (avec moins de neige) sur l'alimentation des aquifères, la physionomie de la végétation,... la survie des espèces qui dépendent de la présence d'un peu d'humidité au fond des vallons,....

 

 

Le projet ATLAS 06 | Plan du site | Mentions légales | Contact | ©2006 Christian Frelin