Les oiseaux des Alpes Maritimes

Atlas quantitatif

La plupart des atlas réalisés à ce jour cartographient des inventaires en présence/absence et ne tiennent pas compte des abondances. Mais cette représentation introduit un biais en faveur des faibles densités. Un point sur une carte peut représenter un seul individu ou un très grand nombre d'individus. Certaines représentations peuvent laisser penser qu'une espèce est abondante alors qu'elle ne l'est pas. La cartographie d'inventaires en présence/absence donne aussi un poids trop important à des observations accidentelles.

Illustration avec une espèce commune : le Rossignol

 

Inventaire en présence/absence

Cette carte de distribution du Rossignol (Luscinia megarhynchos) utilise un inventaire en présence/absence cartographié sur une maille 3,5 x 5 km. Elle suggère que l'espèce est assez largement répandue sur la bande cotière. Elle est absente du Mercantour, de l'Estéron et du pays Ligure.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour mieux décrire la biodiversité il faut mesurer des abondances. Une première approche utilise la méthode des points d'écoute (voir compter les oiseaux). On calcule, pour chaque maille, la fréquence de l'espèce, c'est à dire le pourcentage d'écoutes pendant lesquelles l'espèce recherchée a été notée. On distingue ensuite avec des couleurs différentes les mailles pour lesquelles la fréquence est supérieure ou inférieure à la fréquence moyenne calculée sur l'ensemble des mailles positives.

 

Distribution quantitative des Rossignols.

Codes couleur : jaune : fréquence supérieure à la moyenne, gris: fréquence inférieure à la moyenne, bleu foncé: zones prospectées mais où l'espèce n'a pas été notée et est probablement absente, noir : zones non prospectées.

Le quadrillage représente des carrés de 10 x 10 km.

L'histogramme en bas à droite représente la distribution des mesures d'abondance obtenues sur une échelle allant de 0 à 10.

 

Cette représentation montre que les Rossignols sont répartis de manière moins uniforme que ne le montrait la carte précédente. Les Rossignols prefèrent nettement les massifs des Maures et de l'Estérel. Cette préférence se traduit par un excès de taches jaunes par rapport aux taches grises. Elle se traduit aussi par une meilleure occupation de l'espace. De nombreuses taches positives (grises ou jaunes) sont juxtaposées. Cette concentration est soulignée par la maille du quadrillage (10 x 10 km)

Interpretation biogéographique et conséquences pour la conservation de l'espèce

Les massifs des Maures et de l'Estérel fournissent l'habitat le plus favorable et constituent des réservoirs (voir biogéographie des iles). Les stations à la périphérie de ces massifs sont assimilables à des iles "continentales". Cette analyse préliminaire a des conséquences importantes et non intuitives pour l'ornithologue de terrain.

Le projet ATLAS 06 | Plan du site | Mentions légales | Contact | ©2006 Christian Frelin